TOR, outil de protection des données personnelles ou porte d’entrée vers des réseaux troubles ?

Encadrant : François Huguet

Le Tor dont il est ici question s’écrit sans « h » entre la première et la seconde lettre qui le compose… Il n’est pas destiné à consolider la puissance du Dieu du tonnerre nordique qui voit et sait tout mais plutôt à l’affaiblir, à la contourner avec une armée de routeurs organisés en couches qui transmettent de manière anonyme des flux TCP. Tor (acronyme de The Onion Router) est un réseau informatique superposé mondial et décentralisé qui sert à déjouer la surveillance des routes et des accès que nous utilisons pour nous connecter, envoyer des informations et en chercher sur le web. Pour certains, il correspond à une forme de « révolte d’Internet et du chiffrement contre la surveillance et le contrôle » ; pour d’autres, il est un « un moyen pour les terroristes de communiquer et de diffuser leur idéologie totalitaire ».
Récompensé en 2010 par le prix du logiciel libre dans la catégorie « projet d’intérêt social » (pris attribué par la Free Software Foundation de Richard Stallman), Tor permet, en effet, de naviguer sur le Net de manière anonyme et sécurisée. Il compte parmi ses utilisateurs de nombreux journalistes et militants politiques dans les régimes répressifs. L’un de ses plus grands défenseurs est Edward Snowden, l’homme qui a révélé en 2013 la captation des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis ainsi que les systèmes d’écoute sur internet des programmes de surveillance américains et britanniques. Malgré le fait qu’il ait été auréolé de ce prix, remis par l’un des acteurs majeurs de la communauté du logiciel libre, TOR fait aujourd’hui face en France à de nombreux détracteurs. En effet, Tor compte aussi parmi ses utilisateurs des djihadistes radicaux et des personnes qui échangent de la drogue, des armes et des contenus pédopornographiques.
Certains politiques voient donc en lui une porte d’entrée vers le terrorisme, l’achat et la revente de produits illicites ; un point d’accès au « Darknet » qualifié quant à lui d’ « Internet parallèle sans limite ni protection » où se côtoient, soi disant, réseaux de recrutement de l’OEI, vendeurs de kalachnikovs mais aussi hackers et militants pour la protection des données privées et la neutralité du web.
Sorte de Web bis anonyme où le pire côtoie le meilleur, Tor nourrit donc tous les fantasmes et alimentent une controverse qui articule le droit à la cryptographie et à l’anonymat, la liberté d’expression et ses limites en situation d’état d’urgence et d’attaques terroristes. L’analyse de cette controverse visera donc à saisir les dimensions non seulement techniques, mais aussi politiques, morales, sociales, et économiques d’un logiciel et d’un réseau d’utilisateurs qui est au cœur d’une question fondamentale de la démocratie technique contemporaine.

Liens pour démarrer

[FR]
• http://www.vacarme.org/article2681.html
• http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/07/07/les-revelations-snowden-ont-provoque-une-vague-continue-d-interet-pour-tor_4450747_4408996.html
• http://www.anonymous-france.eu/guide-tor.html
• https://www.contournerhadopi.com/5158/le-dossier-complet-sur-le-reseau-tor/
• http://www.telerama.fr/medias/darknet-immersion-en-reseaux-troubles,102055.php
• http://rue89.nouvelobs.com/2014/12/22/malgre-les-inquietudes-tor-reste-reseau-256703
• http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/12/08/interdiction-de-tor-des-wi-fi-partages-les-mesures-souhaitees-par-la-police-en-question_4826828_4408996.html
• http://www.vice.com/fr/read/jacob-appelbaum-se-fait-beaucoup-de-souci-pour-le-futur-de-votre-vie-privee
• http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/07/07/les-revelations-snowden-ont-provoque-une-vague-continue-d-interet-pour-tor_4450747_4408996.html
• http://www.numerama.com/tag/tor/

[EN]
• http://bits.blogs.nytimes.com/2013/11/17/disruptions-a-digital-underworld-cloaked-in-anonymity/
• http://www.salon.com/2013/11/07/silk_road_drug_lord_also_an_eagle_scout_newscred/
• http://www.rollingstone.com/culture/news/meet-the-american-hacker-behind-wikileaks-20101201?page=4