202872717_a8a4799419_o

Accueil

Bienvenue sur ce site web qui présente le cours ETIC 2016, et qui centralise les sujets de controverses et les études réalisées par les élèves.

Le cours Enjeux des TIC (7 mars- 8  juin 2016) s’adresse à l’ensemble des élèves ingénieurs de première année de Télécom ParisTech (145 élèves). Son but est de former les futurs ingénieurs à l’analyse des relations entre science, technique et société, afin qu’ils puissent tenir une place responsable dans la démocratie technique contemporaine marquée par l’émergence du principe de précaution et par une participation toujours plus large des usagers et du grand public aux questions scientifiques et techniques.
Pour « réussir » une innovation, l’ingénieur ne peut en effet plus prétendre adopter une posture désintéressée, extérieure au monde. Il doit désormais comprendre les dimensions non seulement techniques, mais aussi politiques, morales, sociales, et économiques de son activité. Née sous l’impulsion de Bruno Latour à l’École des Mines, et développée depuis les années 1980 à travers les plus grandes écoles en Europe, l’analyse des controverses est un exercice salutaire dans cette démarche.

Ce cours fait partie d’un réseau international d’enseignements d’analyse de controverses (M.I.T., EPFL, Sciences Po, Mines ParisTech). Le cours fait partie du projet européen (ANR IDEFI) FORRCAST. Il bénéficie d’un partenariat avec la Fondation des Sciences Politiques, l’école des Mines et IBM dans le cadre d’un projet de développement des Digital Humanities.

La meilleure analyse sera présentée par ses auteurs au festival Futur en Seine à Paris en juin.

21 controverses sont proposées cette année à l’analyse, qui mettent en jeu des innovations sous de multiples facettes. Répartis en rôles distincts, les élèves doivent, par groupes de 7 ou 8, mettre en intelligibilité les débats qui traversent la controverse qu’ils étudient dans sa richesse et sa variété, en réalisant une représentation pertinente et originale sous la forme d’un site Web (ou d’une mise en fiction pour trois groupes).

Pour cela, ils travaillent à produire trois types de résultats :

  • Un arbre des débats et des sous-débats qui constituent la controverse, en montrant l’articulation entre les questions soulevées, la position des acteurs et l’évolution historique de cette articulation.
  • une carte des « acteurs »  qui participent ou ont participé à la controverse et de leurs arguments: leur type, leur taille et leurs forces, ainsi que les façons dont ils problématisent l’innovation et argumentent autour d’elle. Pour construire une carte pertinente, il faut étudier les liens entre les acteurs et leur évolution. Il faut aussi écrire la carte de leurs arguments. La représentation cartographique doit permettre de lire la controverse selon une double entrée: par les familles d’acteurs et par l’arbre des débats
  • construire une frise chronologique retraçant l’évolution de la controverse et permettant d’identifier les « points saillants » successifs autour desquels la controverse se structure. Pour cela, il s’agit d’exposer autour de chacun d’eux quels acteurs se mobilisent et comment ; quelles sont leurs positions, comment ils modifient la définitions des entités concernées. La frise fait enfin apparaître  les « points chauds » – les moments où la controverse dépasse les cercles scientifiques ou experts dans lesquels elle est souvent confinée, apparaît dans les médias et traverse l’opinion publique.  Il s’agit notamment de reconstituer les différentes arènes de la controverse, et pour chaque arène identifier s’il existe ou pas entre les publics et experts concernés  un « monde commun ». Quels sont les points d’accord ? Quelle réalité est-elle partagée ? Quel sont les sous-débats concernés ? En cas de partage, comment s’organisent, les oppositions argumentatives, les accords, quels valeurs et compromis les sous-tendent?

Conception du site :
Louis-Jean Teitelbaum

Conception du cours :
Nicolas Auray et Jérôme Denis