Accueil Qu'en pensez-vous ?

Acteurs

Nous les avons interviewés :

Laurence Monnoyer-Smith directrice de recherche à l'UTC de Compiègne
Consulter l'interview

Alexandre Gex responsable de la création et du développement de la plateforme AlphaVote
Consulter l'interview

Fabrice Fernandez créateur de l'entreprise de vote en ligne Alphavote
Consulter l'interview

Eric Legale directeur d’Issy Media
Consulter l'interview

Nous remercions les personnes que nous avons eu la chance d'interviewer pour leur expertise et le point de vue précieux qu'ils ont apporté à notre étude.

On observe trois types d'acteurs :

Cartographie des acteurs du web

Le principal acteur du web :
ordinateurs-de-vote.org

C’est de très loin l’acteur principal de la controverse dans le monde d’Internet : il s’agit là du site central en ce qui concerne le vote en ligne. On le retrouve partout et, il regroupe en lui seul la plupart des liens vers les autres acteurs que l’on peut trouver sur Internet. Ce site, créé en Mai 2005, s’oppose au vote en ligne et, mène une pétition qui vise à pouvoir, toujours et partout, voter « de façon traditionnelle » et même à interdire le vote électronique.

La CNIL :
cnil.fr

Elle émet des recommandations en temps qu’expert pour que chacun essaie de prendre les bonnes décisions.

Le site d’une experte :
pagesperso.lina.univ-nantes.fr/info/perso/permanents/enguehard

C’est le site de Chantal Enguehard qui travaille au CNRS à Nantes et qui s’intéresse à la question. Plusieurs de ses travaux sont cités partout sur la toile mais, son site est assez difficile d’accès. Elle dresse un panorama des législations et des systèmes utilisés mais, comme l’indique le titre d’un de ses documents : « Vote par internet : failles techniques et recul démocratique », elle prend aussi position dans le débat après y avoir réfléchit.

Les partisans :

La communauté du logiciel libre :
La communauté du logiciel libre propose une solution : à l’image d’un logiciel libre que chacun peut modifier, améliorer, etc.… pour s’assurer qu’il fonctionne de façon optimale, on devrait créer des « machines à voter libres » c'est-à-dire des machines que chacun serait susceptible de démonter et d’améliorer. Ainsi cette communauté pense pouvoir régler le problème d’intégrité du vote.